LITTÉRATURE

 

COUP DE COEUR DU JURY 

Mélanie Jannard 

Qu'ils me prennent par les pattes, qu'ils me badigeonnent. Qu'ils me rattachent la couche et qu'on voie qui d'entre nous se sent le mieux. On mange du Chef Boyardee, on meurt de soif, on n'a plus rien à se dire, on call malade, on sert de décoration, on est loin des cris de joie, on trouve un mulot égaré, on parle sur speakerphone, on s'excuse, on se ranime à coups de compresses, on a de la garnotte incrustée dans les genoux. Et quand tout ça devient insupportable, on fait un beau sourire et on applique une nouvelle couche de calamine. Dans ces poèmes en prose, la banalité d'être soi côtoie les grands émois tragicomiques de la jeunesse.

 

 

 

 

 


 

Catherine Eve Groleau 

Johnny, tout juste vingt-deux ans, débarque à Montréal. Pas question de rester à Odanak, là où les rues ne sont pas pavées, là où les maisons, jamais achevées, trop petites, renferment des femmes transies de piété et des hommes qui ne rêvent que de chasse. Parce qu’il a le teint mat, l’œil sombre, la crinière noir corbeau, il se fait passer pour un Italien et commence à accomplir les sales boulots de la petite pègre. C’est là qu’il rencontre Valentine à la blondeur qui piège le soleil, Valentine au profil de médaille, aux longues jambes grâce auxquelles elle quittera Ville-Émard à tout jamais. Rien – retours aux sources, renoncements, sacrifices – n’arrêtera la folle chevauchée dans laquelle ils se sont lancés en voulant changer de vie.

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Myriam Bourgeois 

« Elle m'a dit : ''Ce n'est plus le bonheur que je cherche mais le mouvement. »

Le tout commence avec une discussion entre deux amies dans un camping. Puis une phrase ; celle qui marque, celle qu'on n'oublie pas. Qui nous reste à l'esprit alors qu'on atteint le fond. Et finalement la réflexion qui en suit. Le livre Quitter le rivage questionne notre relation au bonheur. Devrait-on le 

chercher à tout prix alors que les épreuves difficiles font aussi partie de la vie ? Comment faudrait-il vivre 

ces moments ? Au final, quel est notre quête ?

 

 

 

 


 

 

Olivier Sylvestre

Après dix années passées dans l’antre de la bête, un intervenant nous ouvre la porte de son centre de répit pour toxicomanes, avec sa sonnette stridente et sa vitre pare-balles, sa lasagne, ses larmes et ses espoirs fous, malgré 

tout. Au contact de multiples vies marquées par la rue, la consommation, l’abandon, Olivier nous entraîne dans leur univers déconstruit. Chronique fabriquée, mémoires imaginaires, 

impossibles chevauchées dans les rues de Montréal, ces récits sont ceux d’un intervenant à tout jamais transformé par les moments surréalistes qu’il a partagés avec ces êtres plus grands que nature, pendant un petit vingt-quatre-quarante-hu

it heures. Et de toutes les fois où il a reconnu une part de lui-même en eux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


                 

 

VELM : Valérie Hamel 

Après une rupture brutale, Xavier doit faire face à la vie sans Ève. Grâce à son coloc, Alex, celui-ci envisagera de récupérer son premier amour. Retournez dans le temps, afin de mieux comprendre la nature de leur relation. Soyez témoin de leurs premières fois (première rencontre, premier baisé). La première est toujours plus marquante.